nlfr
salle restaurant l'amour fou
Interviews sur le pouce, Resto, Tendances

L’Amour Fou, la belle rencontre de RestoPass

L’Amour Fou existe depuis 1985, une adresse culte d’Ixelles avec L’Ultime Atome. Les étudiants trainaient à L’Amour Fou, et les journalistes à L’Ultime Atome. Le resto-bar de la place Fernand Cocq a été le premier lieu à proposer un brunch mais aussi un menu de crise. C’est, d’ailleurs, ce qui a plu à Nassim, et à Pierre, son associé. Alors, en 2011, lorsqu’ils reprennent l’établissement, endormi depuis quelques années, ils décident de garder le nom pour l’hommage et pour l’esprit alternatif et audacieux du lieu.

L’Amou Fou, un lieu musical

Après le KoKob, le premier restaurant éthiopien de Belgique, les deux associés se lancent dans une nouvelle aventure avec L’Amour Fou.
Et comme pour leur premier restaurant, ils ont fait appel à Colin Wolf pour une décoration où tout est référence à la musique. Avec une mention spéciale pour la sculpture en bois qui orne le plafond, et représentant une portée musicale.
La musique est l’un des points centraux du concept de L’Amour Fou. Nassim, passionné de musique et de vinyles en particulier, souhaitait permettre à ses convives de découvrir des DJs tout en mangeant. Et c’est chose faite tous les vendredis et samedis soirs.

Du burger…

L’autre idée du concept était dans l’assiette : le burger. L’Amour Fou a été le premier restaurant bruxellois à proposer des burgers « gourmets ». Des recettes élaborées par la talentueuse Linda Rosas du restaurant bio Soul, situé dans le centre de Bruxelles : « l’idée révolutionnaire était de lier l’accompagnement au goût du burger ». Mais aussi de travailler dès que cela est possible avec des produits bio et de servir un maximum de « fait maison », comme par exemple les frites et le pain du burger.
Et qui dit burger, dit viande. Là aussi, qualité et traçabilité sont les mots d’ordre ! Et il y a cinq ans, le burger dans la restauration, c’était très audacieux car le sandwich américain n’avait pas bonne presse. Les deux associés ont dû communiquer autour de leur burger. Il aura fallu cinq ans pour que Le Moine devienne un sandwich incontournable pour les gourmets bruxellois ! En fait, c’est le burger en général qui était devenu incontournable. Dès lors, les deux associés se sont sentis comme noyés dans la masse de l’offre actuelle.

… au pastrami.

Après plusieurs voyages à Berlin, Paris, Montréal, New York et Londres, ils ont trouvé un nouveau défi, un nouveau concept : le pastrami. Là-bas, le sandwich au « pastrami cartonne », nous assure Nassim. Comme pour les burgers, ils ont fait appel à Linda Rosas pour l’élaboration des recettes. Pour le pastrami et sa préparation bien particulière, il a fallu du travail : « On a mis du temps pour avoir ce résultat, on a dû beaucoup adapter. Pareil pour le pain, maintenant on sait le faire. On a fait beaucoup de recherches. »
La nouvelle carte commence à avoir ses adeptes mais Nassim le sait, il va falloir du temps pour conquérir le cœur des Bruxellois, comme pour le burger il y a cinq ans. Mais c’est le jeu à jouer pour être un outsider culinaire !
En attendant, deux burgers sont revenus à la carte. Pourquoi ? « On reçoit des mails tous les jours ». Finalement, les burgers de l’Amour Fou n’étaient pas tant noyés dans la masse, contrairement à ce que les deux associés pensaient. Une page Facebook a même été créée par des irréductibles : Pour le retour du Moine à L’Amour Fou. Comment résister à cet appel ? Deux burgers ont donc naturellement retrouvé leur place au menu.

Des projets plein la tête : De Haus, Noir…

Salle Haus

© Droits réservés

Nassim et Pierre, entrepreneurs dans l’âme, ont aussi lancé un autre concept place Fernand Cocq : De Haus, le premier bar uniquement dédié au gin.
C’est lors d’un voyage en Espagne que Nassim a découvert le gin et sa particularité : « C’est beaucoup plus accessible : un mélange relativement simple, et c’est bon ! ». Il a donc décidé d’ouvrir un espace dédié à ce spiritueux : « Selon tes goûts, on va t’aider à choisir et préparer ta boisson. On a une approche très axée sur le goût du client pour l’amener à découvrir autre chose. Les clients qui reviennent ensuite, aiment tester de nouvelles choses. »
Et comme jamais deux sans trois, Nassim nous a aussi parlé de leur tout nouveau projet : Noir, un bar à vin, toujours place Fernand Cocq, où vous découvrirez uniquement des vins natures et/ou en biodynamie.

Salle Noir

© Droits réservés

Les deux associés n’ont pas hésité à rejoindre l’aventure RestoPass : ils se sont retrouvés dans nos valeurs entrepreneuriales.
Et c’est avec un grand enthousiasme que l’équipe de L’Amour Fou était venue présenter sa nouvelle carte lors de notre soirée de lancement.

 

Profitez d'une réduction de 10% sur votre addition à
L'Amour Fou
Chaussée d'Ixelles, 185
Ixelles
T: 02 / 325 75 33
Profitez d'une réduction de 10% sur votre addition à L'Amour Fou
Article précédent Article précedent

Vous pourriez aussi aimer